photo hve
Retour

Certification des exploitations : NORIAP fait le choix du collectif

La certification HVE est une démarche de reconnaissance de la performance environnementale des exploitations agricoles. Si celle-ci n’est pas encore valorisée dans les prix payés aux producteurs, elle pourrait servir de socle pour accéder à certains marchés à l’avenir. C’est pourquoi NORIAP a décidé de lancer une démarche de certification collective, pour le compte de ses adhérents, et accompagne un groupe d’une soixantaine d’exploitations pilotes à la certification environnementale de niveau 2, dans un premier temps. Cette première phase est en cours.  Cette démarche sera ensuite élargie à l’ensemble des adhérents volontaires et prolongée vers le HVE. En 2020, selon les chiffres officiels du ministère de l’agriculture, la France compte 5 399 exploitations certifiées HVE, dont 6 dans les Hauts de France et 1 en Normandie. Ce chiffre est voué à augmenter dans les mois et années qui viennent. Le point sur cette démarche en 4 questions clés.

 

Quels sont les différents niveaux de la certification environnementale ? 

Cette démarche est construite selon un référentiel, et se décline en 3 niveaux graduels (16 exigences) :

  • Niveau 1 (CEN1): Il correspond à la maîtrise de la réglementation environnementale et à la réalisation par l’agriculteur d’une évaluation de son exploitation au regard des cahiers des charges du niveau 2 ou du niveau 3. Il s’agit en clair d’un simple diagnostic pour identifier les axes de progrès nécessaires à l’obtention des deux niveaux suivants.
  • Niveau 2 (CEN2): Il certifie le respect par l’agriculteur d’un cahier des charges, comportant 16 obligations de moyens dans le domaine de la gestion des intrants (engrais et produits phytosanitaires), de l’irrigation, et de la préservation de la biodiversité.  Il n’y a pas encore ici d’obligations de résultat.
  • Niveau 3 (HVE): C’est l’étape ultime, qui s’appuie sur des obligations de résultats mesurés par des indicateurs de performances environnementales.

 

Pour obtenir le certification HVE il existe 2 voies (A ou B).

La voie A consiste à répondre à 24 exigences réparties dans 4 catégories : biodiversité, Phytosanitaires, fertilisation et irrigation. Chaque exigence est notée et l’on fait la somme des points par catégorie. Pour obtenir la certification il faut atteindre un score minimum de 10 dans chacune des catégories. L’enjeu principal est la diminution de l’IFT. Il faut donc mettre en œuvre une stratégie permettant d’obtenir sa baisse (travail sur la rotation, utilisation d’OAD…). Les autres exigences nécessitent des actions mais sont plus facilement atteignables.

La voie B, se résume à répondre à 2 exigences: la part des iae (infrastrucures agro-«écologiques)  qui doit être supérieure à10 % de la SAU et le poids des intrants qui ne doit pas dépasser 30% du chiffre d’affaires total de l’exploitation.

Comment obtenir la certification ?

L’obtention de la certification peut se faire de 2 manières:

  • La voie individuelle : chaque exploitant instruit lui-même son dossier et fait appel à un organisme certificateur à ses frais.
  • La voie collective : un organisme extérieur porte le dossier, accompagne les exploitations et fait intervenir un organisme certificateur pour l’ensemble du groupe. Cette approche permet de mutualiser les coûts d’audit et aussi de créer une dynamique de groupe. C’est la voie dans laquelle NORIAP engage ses adhérents volontaires.

Pourquoi se lancer dans la démarche HVE ?

Il doit s’agir d’une démarche volontaire avant tout, même au sein d’une démarche collective.

Quel que soit le niveau visé elle permet de faire le point sur ses pratiques et sa manière de travailler. Lors des échanges (diagnostic de départ puis point intermédiaires) on trace des pistes de travail et d’amélioration. Les gains de la démarche ne se traduisent pas immédiatement en plus-value sur le produit, mais cela ouvre des perspectives en « préparant » les exploitations à répondre très facilement aux cahiers des charges de productions en filières

 

La certification HVE est-elle accessible en Grandes cultures et élevage ?

Plus de 80% des exploitations françaises certifiées HVE sont des exploitations viticoles. Ceci s’explique par leur activité qui est fortement liée à la commercialisation de leur production. Pour elles la certification HVE est un élément différenciant qui valorise leur produit.

La voie B pour obtenir la certification est plus facilement réalisable dans les exploitations agricoles qui transforment et vendent des productions à forte valeur ajoutée comme le vin, le poids des intrants représentant une proportion inférieure à 30% du chiffre d’affaire.

Pour les exploitations en grandes cultures ou en élevage, le défi peut sembler plus compliqué à relever, car la certification suit le plus souvent la voie A. Il faudra alors travailler avec méthode et ne pas vouloir aller trop vite. Il est essentiel de réaliser un bon diagnostic pour ensuite mettre en place des actions portant principalement sur la baisse de l’IFT et la maitrise de la fertilisation pour ne citer que les principaux. On travaillera aussi les rotations, en infléchissant les systèmes pour apporter des réponses aux exigences. Les solutions existent et sont bien souvent présentes dans les exploitations (OAD, produits de biocontrôle, techniques culturales innovantes…).

L’objectif de HVE en grandes culture ou élevage est ambitieux mais atteignable à condition d’y aller accompagné et par étapes. C’est la raison pour laquelle Noriap s’est engagée à accompagner premièrement les exploitations vers une Certification Environnementale de Niveau 2 afin d’enclencher la démarche et ensuite poursuivre vers le HVE.

Réunion d'information HVE

 

Pour plus de renseignement sur les démarches : 

Mode d'emploi : certification environnementale