Plan d’entreprise NEO 2020

Projet d’entreprise Noriap : « Les vents ne sont favorables qu’à ceux qui savent où ils vont » Sénèque

Quelle est l’ambition de Noriap avec ce nouveau projet d’entreprise Néo ?

Néo définit de nouvelles perspectives pour renforcer l’impact de ses activités sur le territoire, conforter notre rôle d’interface entre les adhérents et les clients. C’est un projet mobilisateur, engageant pour toutes les parties prenantes.

Notre ambition est d’intensifier notre présence en tant que leader quantitatif et qualitatif sur le territoire au bénéfice des adhérents. Nous sommes un acteur économique privilégié pour la production de valeur ajoutée dans le domaine des productions agricoles. Avec Néo, nous apporterons, seul ou en partenariat, expertise, savoir-faire, investissements à chaque opportunité de création de valeur sur notre territoire. Nous avons aussi défini un volet ‘nouvelle agriculture’ à travers lequel notre objectif est d’être le leader de l’agriculture de haute technologie répondant aux attentes des adhérents, des marchés et sociétales.

Jean- François Gaffet, Président

Martin Migonney, Directeur Général

 

 

MODELE ECONOMIQUE RESILIENT AU SERVICE DES ADHERENTS


Les agricultures Picardes et Normandes sont secouées ces dernières années par des fluctuations économiques, climatiques et sociétales, comment pilotez-vous la coopérative dans ces contextes ?

La coopérative est une organisation économique qui a vocation à apporter un service à ses adhérents. Partant de là, ma responsabilité est d’assurer la continuité de ce service en temps de perturbation et la pérennité de l’entreprise,
La gestion des conséquences des faibles taux de Hagberg en 2014 comme de la moisson catastrophique de 2016 et de la crise de l’élevage nous ont imposé de conserver la tête froide, d’être réactifs et pro-actifs.
Notre ambition avec le Conseil d’administration est d’agir pour que le projet collectif que nous portons soit profitable à tous les adhérents et sur le long terme.

Comment conjuguez-vous les valeurs de solidarité économique et la performance de la coopérative ?
La solidarité économique est le socle du modèle d’entreprise coopératif. Elle s’exprime auprès des adhérents et dans les situations de crises qui ont aussi un impact sur la rentabilité de l’entreprise.
« Cette campagne démontre bien ce pourquoi nous travaillons »
Rappelons-le, nous nous étions engagés auprès de nos adhérents dès août 2016 à faire le maximum pour soutenir leurs revenus. Les efforts des équipes, ont permis de meilleurs résultats économiques qu’escomptés initialement. Ces résultats ont été redistribués en quasi-totalité via des compléments de prix élevés. Nous avons tenu nos promesses, et n’avons gardé que le strict minimum dans la coopérative.
Cette année la coopérative a ralenti son rythme d’investissements et engagé une année ‘blanche’ en termes de gestion du capital coopératif. La résilience du modèle économique est au rendez-vous. Les adhérents sont rémunérés conformément aux engagements.
La solidarité est aussi inter-générationnelle. La coopérative s’est construite depuis plusieurs décennies et ce qui nous est possible de réaliser aujourd’hui pour les adhérents, l’est grâce aux actions du passé.

Quelles sont les actions majeures pour la coopérative pour la campagne 2017/18 ?
D’abord, nous lançons la nouvelle offre commerciale approvisionnements. C’est un dossier qui a été travaillé durant la dernière année par la commission Agronomie et santé du végétal. Les adhérents ont souhaité du changement, plus de lisibilité, de transparence et de communication. Ce nouveau dispositif répond au cahier des charges.
Ensuite, nous devons réfléchir au changement de notre modèle économique pour les prochaines années. Le Conseil d’administration planche sur le sujet. Nous devons établir un plan de marche pour en être le moins dépendant possible, c’est essentiel pour assurer l’avenir de la coopérative.

GESTION AVISEE

Que dire du résultat économique de la coopérative de 1,5 million d’€ ?
Ce résultat est faible, mais paradoxalement il constitue deux bonnes nouvelles :
∞ la première est que notre outil coopératif s’est adapté au mieux à une baisse de collecte de blé de 40 %. Plan drastique d’économies, gel des investissements non stratégiques, travail de valorisation d’une collecte de qualité moyenne très pauvre, les actions ont payé.

∞la seconde, c’est que le Conseil d’administration a pu distribuer des compléments de prix conséquents aux adhérents, et compléter le dispositif d’aides aux trésoreries par une bonne valorisation de la collecte.

Cet accompagnement des trésoreries des adhérents a fonctionné. Il a donné la possibilité aux exploitations de financer leurs approvisionnements et d’investir dans la préparation de la collecte 2017.

Avec ce résultat, les investissements seront-ils réduits à la baisse pour la campagne 2017/18 ?

Le budget d’investissement de 2017- 2018 est supérieur à 14 millions d’euros. Le rythme  des investissements reprend donc après la pause de l’exercice passé.
Le plan Epsilon de refonte de notre structure de collecte et de stockage ne s’est pas interrompu. Par ailleurs, 20 petits sites de stockage sont ou seront arrêtés en deux ans, le plus souvent en conservant une plateforme de réception pour la collecte et le déploiement des silos majeurs se poursuit.